MARSWALKERS

L’Habitant de la Centrale

installation sonore intéractive / interactive sound installation _ 2002

Dans cette installation interactive, le spectateur est invité à observer les déplacements d’un cafard placé dans un vivarium sur pied, au milieu d’une pièce. Autour sont disposées quatre enceintes qui diffusent une série de sons générés par les déplacements de l’insecte. Provenant de différentes sources (nature, monde technologique et quotidien de l’Homme), ces sons évoluent avec le temps : un filtrage de la matière sonore, fonction du nombre de passages de l’insecte et de ses arrêts, va alterer progressivement sa nature et créer une esthétique sonore évoluant dans le temps. Le spectateur est ici observateur d’une interactivité entre le cafard et l’ordinateur. IL perçoit ainsi les tissus de relations entre l’Animal, la Machine et l’Homme. Ce qui a motivé la création de cette installation est l’envie de travailler avec un élément non conrolable par l’Homme, quelque chose qui ne soit pas crée par lui et qui soit aussi autonome. C’est pourquoi il est important que le spectateur ne soit pas déclencheur de l’interactivité mais bien observateur, afin de pouvoir prendre le recul nécessaire pour réfléchir à sa juste place, entre le monde dans lequel il vit et celui qu’il a crée. Techniquement, le cafard est tracké au moyen d’une vidéo caméra placée au dessus du vivarium. l’image est envoyée à un ordinateur qui l’analyse et envoie les données à un programme (Max/Msp/Jitter) qui va jouer et traiter les sons en temps réel. Dans l’espace de l’installation, est donné à voir uniquement le vivarium et les enceintes.

In this interactive installation, the spectator can observe a cockroach moving inside an vivarium, at the center of a dark room. Four loudspeakers, disposed around it, display a series of sounds triggered by the insect’s movements. Coming from different sources (nature, technology and Human everyday life), these sounds evolve with time: a specific filtering, depending on the insect displacements (i.e. numbers of passages and stops), alters progressively their nature and creates an evolving sound aesthetic. The spectator is an observer of the interactivity between the cockroach and the computer. He can perceive the different relation webs between the Animal, the Machine and the Human Being. The wish to work with an autonomous element, neither created nor controllable by mankind, was the main motivation for the creation of the piece. It was therefore important that the spectator is rather the observer than the interactivity’s trigger, in order for him to find the right distance to think about his proper place between the world he is living in and the world he has created. Technically, the cockroach is tracked with a video camera set up above the aquarium. The image is sent to the computer, which analyzes it and sends the information to a program, Max/Msp/Jitter, that will play and retreat the sounds in real-time. In the room, only the aquarium and the loudspeakers can be seen.
No bad treatments were made to the insect.