MARSWALKERS

Simulacre

Série de 13 photographies, impression jet d’encre / 13 photographies series, inkjet prints _ 2003

Avec l’aide de la surveillance vidéo et tout en façonnant notre manière de voir les choses, les médias de masse ont crées en nous paranoïa, méfiance ainsi qu’une attitude de jugement. Grâce à la rhétorique de la peur et de l’insécurité, la suspicion de l’autre est devenue grandissante. Les deux séries de photos du projet Simulacre étaient présentées dans des pièces séparées. Le spectateur ne pouvait voir la seconde série sans avoir vu la première. Les petits formats de la première série montraient des photos de deux individus qu’on avait l’air d’avoir espionné mais dont l’action n’était jamais visible. À l’inverse, les grands formats de la seconde série montraient les mêmes individus, placés hors contexte, ayant l’air de jouer plusieurs scénarios possibles, et où tous les détails sont donnés à voir. Faisant penser à des reconstitutions policières, les actions montrent aussi bien des scènes illicites que des scènes banales de la rue.

Massmedia shape the way we are looking at things. Media, News reports, Video Surveillance created the “Eye of Suspicion” developing paranoia, and judgemental attitudes. By generating a language of fear and insecurity, suspicion of others becomes omnipresent. Simulacre is a photographic project conceived in two series, each series being displayed in a different room. The spectator has to see the first one in order to reach the second one. The first series was made of small prints; it has been shot in a way reminding surveillance, spy photography and journalism. The second series was composed of human scale prints. The style of photography intends to imitate police case scenario reconstituions. The subjects are extracted from their environment and stage possible “cases” of situations, “over-revealing” the actual action. this “hyper-revelation” creates another layer of confusion in the actual narrative the pictures are intrinsically carrying.